jeudi 18 août 2016

Dans le vent

"Explosion" - Huile - [46 X 38] -  Iso Bastier



Dans le vent


Le vent souffle encore plus fort
Qu’un souvenir de typhon tropical
Quand respirer demande un effort
Que le danger transforme le banal.

Un vent colérique, cheveux rebelles,
Les cocotiers plient, se déracinent.
L’attaque de cette eau torrentielle
Noie le décor, l’horizon s’incline.

Une nuit violacée sévit en plein jour,
Un mur de violence s’élève de la mer,
Des alarmes, des cris, des gens qui courent,
Des tornades après l’heure des éclairs.

Survivrons – nous au cataclysme ?
Quelle catastrophe ! Catapultés
Que nous sommes en apocalypse,
Nous perdons de nos facultés.

Toutes ces pensées contre nature
Nées de la gloire d’un dieu de papier
Nous font frôler l’instant de la rupture,
Même la terre espère nous congédier.

Nous nourrissons nos injustices
Comme pour mieux les apprivoiser.
Qu’importe de vivre une ère factice,
Nos passés continuent de pavoiser.

C’est l’errance de l’ours blanc
Sur d’infimes cailloux de glace,
Ce qu’on appelle le réchauffement,
Les espèces que l’humain menace.

Toutes ces îles qui disparaissent,
Ces exodes forcés, cet abandon,
La désolation future que l’on laisse
A ne filer que de la déraison.

La pelote d’énigmes dans nos têtes
Tricote ou tisse ce triste ouvrage.
Le culte de l’argent est une défaite,
Un piège, un gouffre, un marécage.

Au lieu de nous adapter au mieux,
Nous faisons le choix de saborder.
Sans comprendre quels sont les enjeux,
Nous jouons à métamorphoser.

Où mène le Graal technologique ?
Est –ce l’immortalité ou la chute ?
Que faisons – nous de la bioéthique ?
Et quels sont nos parachutes ?

Je parle des piles électriques,
De ceux qui fournissent le courant
Que les politiques alambiquent
Pour se sentir portés par le vent.


Iso Bastier
5 11 2007




jeudi 11 août 2016

Phraya à la Fenêtre


jeudi 4 août 2016

Pubet's Bird


"Pubet's Bird" - Water Colours - Iso Bastier

jeudi 28 juillet 2016

La Grande Roue








jeudi 21 juillet 2016

Collier à Chouettes


jeudi 14 juillet 2016

En paix



2 en 1 (by night) - Acrylique - [100 X 65] - Iso Bastier


En paix

Je vais soulager ton front
Du poids de la sévérité,
Il va s’ouvrir sur l’horizon
Pour que tes yeux puissent planer.

De tes lèvres entrouvertes
S’échappe un souffle divin.
La parole te met en alerte
Or tes soupirs sont devins.

Tes paupières en fenêtres closes
Frémissent de ce que tes yeux
S’imaginent quand ils se reposent
Sous tes cils duveteux.

Tes joues roulent sous ma caresse
Qui se perd dans ton cou,
Elles rougissent si on les agresse,
Elles aiment en dire beaucoup.

Ton menton vise volontaire
L’inconnu qui ne l’effraie pas
Tandis que tes narines flairent
Le chemin qu’empruntent tes pas.

Je vais lâcher ta main…
Tu marches seul depuis longtemps
Mais la tendresse fait du bien
Lorsqu’on ne porte pas de gant.

Ça y est ! Tu tiens debout
Avec un sourire insouciant,
Preuve que l’amour vient à bout
Des plus récalcitrants.

Tu ignores les limites
Car tu existes pour quelqu’un.
La solitude est une fuite.
L’affection est un festin.

Tu as la chance d’être aimé
Aussi donnes – tu à ton tour.
L’avarice ne t’a rien prouvé.
La générosité se cuit au four.

Tu cours désormais. Le jour
T’a conduit face à toi – même.
Tu t’es simplement dit bonjour,
Ça a réglé tes problèmes.

Tu ne sinues plus, tu files
Telle une onde positive,
Sur l’écran du monde défile
De nouvelles alternatives.

Ton mouvement est propice
Aux rencontres. Tu communiques
Sur ton angoisse du précipice
Rassuré de n’être plus l’unique.

Car l’autre est là pour toi
S’il a été convié en ami.
Plutôt que de partager l’effroi
Vous partagerez l’envie.

De mieux vous connaître
Vous tirerez profit, un fait.
L’espoir désire renaître
De l’organe qu’est la paix.


Iso Bastier
16 11 2007






jeudi 7 juillet 2016

Mira's Hands


"Mira's Hands" - Water Colours - Iso Bastier

jeudi 30 juin 2016

Crue de la Seine










































jeudi 23 juin 2016

L’abstrait

"Personal cosmos" - Huile - [55 X 38] - Iso Bastier


L’abstrait

Tu es imprégné de ton passé
Au point que tout accélère.
Plus tu avances sur le sentier
Qui te mène à la lumière
Plus le monde te panique.
Ton rythme se décale.
Ton cœur joue une autre musique
Confuse dans ce dédale.
Tu es l’arbre qui patient
Se tient près de l’horizon.
Tu connais le prix du vivant
Au contact des froids frissons.
Tu n’acceptes enfin l’hiver
Qu’ayant protégé les moissons,
Dans l’œil une aura printanière.
Tu t’offres au vide de la passion.
Tu comprends mieux les oiseaux
Et leurs voyages étranges.
Tant attaché à ton berceau,
Tu regardes passer les anges.
Ton esprit d’insectes géants
Se calme sur les herbes folles,
Il ondule au gré des vents
Tel un tissu qui s’envole.
Tu veux le goût du soleil
A jamais mémorisé.
Un amour bleu dans une corbeille
Nature morte ressuscitée.
Posé contre la terre humide
Ton corps baigné par la rosée
T’offre les souvenirs avides
Des chaleurs qu’il a partagées.
Tu te sens soudain papillon.
Tu te sens soudain captivé.
Le partout devient ta maison,
Là meurt ta complexité.
Tu te détaches de la souffrance
Dès lors que tu vaincs la peur
Comme tu te dépasses dans l’enfance
Pour devenir encore meilleur.
Tu n’es que toi dans l’inconnu,
C’est à toi que tu fais face.
Tu décides l’instant venu
De tout ce qui se passe.
Tu rends grâce à la forêt,
Tu vibres en t’éloignant,
Nostalgique mais sans regret,
Jusqu’à te fondre dans l’abstrait
Dans les couleurs du temps.


Iso Bastier
1 mai 2003


jeudi 16 juin 2016

Orchidées




jeudi 9 juin 2016

Ombre de Flacons


jeudi 2 juin 2016

Collier Bord de Mer


jeudi 26 mai 2016

Leaf Hand


"Leaf Hand" - Water Colours - Iso Bastier

jeudi 19 mai 2016

La cour Saint-Émilion

La cour Saint-Émilion est une voie publique de Paris située dans le 12e arrondissement et plus précisément dans le quartier administratif de Bercy au cœur de Bercy Village.




jeudi 12 mai 2016

Collier Sophistiqué


jeudi 5 mai 2016

Expo au Parc Floral




Pixel Vert








jeudi 28 avril 2016

En prévision

"Pleurs" - Feutres - Iso Bastier




En prévision

Rien n’arrive par hasard.
Tout est joué d’avance.
Il est toujours trop tard.
Ne pas trop faire confiance…

Les dés sont pipés.
A quoi bon ! Pour quoi faire !
C’était la destinée,
On ne peut rien y faire…

Personne n’y échappe.
L’humain est un grand singe,
Le libre-arbitre l’attrape,
Lui remue les méninges.

C’est comme ça. C’est la vie !
C’était fatal. C’était couru !
Heureusement, il y a l’envie…
Oui mais si j’avais su !

Finalement ça nous arrange
Ces adages déculpabilisant
Comme des boîtes où l’on range
Ce qui nous semble gênant.

On s’adonne à la paresse
Assez volontairement.
L’autre vient, nous agresse,
Il est coupable, c’est arrangeant.

A qui la faute ? C’est pas moi !
J’ai mille excuses en paroles,
Je me dédouane avec effroi
Suivant ma propre école.

C’était écrit, gravé, prédit.
Drôle de karma ! Sacrée mission.
Rien à ajouter. Tout est dit.
Le reste est en prévision



Iso Bastier
15 08 07



jeudi 21 avril 2016

Araignée


jeudi 14 avril 2016

Blue Hand


"Blue Hand" - Water Colours - Iso Bastier

jeudi 7 avril 2016

Ici, on recharge les batteries


jeudi 31 mars 2016

Pixel